Fintech : des start-ups ultraspécialisées face aux banques2 min read

Fintech : des start-ups ultraspécialisées face aux banques2 min read

Investissement, crowdfunding, prêt rémunéré, finances personnelles, paiement… Les start-ups fintech se sont rapidement imposées dans l’univers de la finance, se posant en acteurs disruptifs et challengers des banques bien établies. Elles utilisent la technologie afin de fournir des services financiers, comme le paiement, l’investissement ou le prêt, qui étaient auparavant chasse gardée des banques. Ainsi les Fintech ont grandement modifié l’industrie financière et bien plus encore, notre façon de payer, d’épargner, d’investir, de financer, de gérer notre argent.

Comment se sont-ils imposés aussi rapidement, challengeant les traditionnelles banques ? En quoi leur modèle présente-t-il un avantage compétitif ?

Les start-ups Fintech, acteurs disruptifs et chellangers des banques traditionnelles.

Le point commun de toutes ces start-up est leur ultraspécialisation – clé de voûte de leur modèle, leur permettant de développer une proposition ciblée sur des segments de consommateurs bien précis. Ainsi, Lendopolis se concentre sur le prêt rémunéré, Leetchi sur le paiement collectif, Babyloan sur le microcrédit solidaire, Yomoni sur l’investissement, Bulb In Town sur le crowdfunding local, Smile and Pay sur le paiement électronique mobile… Se spécialiser, c’est répondre de façon ciblée aux besoins d’un segment de clientèle, mais aussi être plus compétitif face à des acteurs aux coûts structurels importants.

  • Réponse plus ciblée aux besoins des consommateurs : Révolutionner l’univers de la finance ne se fait pas en un claquement de doigt, et les Fintech ont tout intérêt à développer des propositions de valeurs ciblées pour gagner en parts de marché face aux banques. Ces start-ups apprennent ainsi à connaître et séduire des portions de consommateurs bien précis. Selon McKinsey and Company, trois segments de clientèle sont particulièrement attractifs : la génération Y, les PME et les personnes ne bénéficiant pas ou peu des services financiers.
  • Diminution des coûts : Les banques présentent deux handicaps majeurs : d’une part, leur réseau de distribution physique pèse lourdement sur leur budget ; d’autre part, elles offrent plusieurs services financiers gratuitement ou presque à leurs clients dans le but de réaliser une plus-value sur d’autres services. A l’inverse, les Fintech ont tout misé sur le digital ce qui diminue leurs coûts fixes et offrent des tarifs très concurrentiels dans leur secteur de prédilection.

 

Les commentaires sont clos.